• Livre et écriture,

Aux sources de la démocratie anglaise : De Thomas Hobbes à John Locke

Myriam-Isabelle Ducrocq

Publié le 6 mars 2017 Mis à jour le 6 mars 2017

Publié avec le concours de l'EA 370 Centre de Recherches Anglophones, de l'UFR LCE et de la Commission des Publications de la Commission Recherche de l'Université Paris Nanterre

Avec sa succession de bouleversements institutionnels, le dix-septième siècle anglais fut un fabuleux terrain d'expérimentation et de réflexion politique où s'élaborèrent les concepts de souveraineté, de contre-pouvoirs, d'intérêt public, de tolérance...

A cette période, philosophes et acteurs engagés tentèrent de penser, avec une acuité particulière liée aux événements (guerres civiles, régicide, république, dictature), les tensions inhérentes à l'exercice du pouvoir, tout à la fois perçu comme contraignant, tyrannique et libérateur.

Quatre d'entre eux ont été retenus : Thomas Hobbes (1588-1679), le théoricien de l'absolutisme, James Harrington (1611-1677), le républicain classique, Algernon Sidney (1623-1683), le martyr whig, John Locke (1632-1704), le père du libéralisme.

Le propos de l'ouvrage est de montrer que, par-delà leurs différences, ces quatre penseurs partagent une approche qui constitue le socle de la théorie moderne de l'Etat. Celle-ci s'affranchit de l'exercice utopique comme des doctrines de la raison d'Etat et se conçoit comme une anatomie du corps politique. Par un examen minutieux des textes, l'auteur cherche à s'écarter de l'interprétation trop "idéologique" sans doute accentuée par les combats de l'histoire. Elle met en évidence un objet philosophique commun aux quatre auteurs, que l'on retrouve au coeur de toute conception moderne du pouvoir.

Broché: 290 pages
Editeur : Presses Universitaires du Septentrion (4 octobre 2012)
Collection : Domaines anglophones
Langue : Français
ISBN-13: 978-2757403846
www.septentrion.com/fr/livre/





Biographie de l'auteur
  • Myriam-Isabelle Ducrocq est maîtresse de conférences en civilisation britannique à l'Université Paris Nanterre. Elle est membre du Centre de Recherches Anglophones. 

Mis à jour le 06 mars 2017